Morale & Politique

 

§ Si nous avions l’amour, nous n’aurions que faire de la morale. (L.Ferry)

§ La morale est utile et même nécessaire mais elle demeure dans l’ordre négatif de l’interdit. (idem)

§ La liberté de pensée est absolue ou elle n’est rien. (idem)

§ La foi disparue, la morale reste. (E.Renan)

§ La responsabilité est la sollicitude reconnue comme un devoir. (H.Jonas)

§ La liberté de pensée est absolue ou elle n’est rien. (L.Ferry)

§ Ne laisse pas faire à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse. (R.Badinter)

§ Chez qui nous ressemble, l’injuste devient juste. (Ryôkan)

§ On devient ce qu’on croît, on devient ce qu’on pense. (A.Desjardins)

§ La politesse conduit insensiblement à la morale. (A.Comte-Sponville)

§ Faute de savoir aimer, nous faisons semblant, et c’est ce qu’on appelle la morale. (A.Comte-Sponville)

§ Ce n’est pas la justice qui fait les justes. Ce sont les justes qui font la justice. (A.Comte-Sponville)

§ La loi est la loi, qu’elle soit juste ou pas...elle n’est donc pas la justice. (A.Comte-Sponville)

§ Ne pas railler, ne pas pleurer, ne pas détester, mais comprendre. (Spinoza)

§ Tolérance n’est pas passivité. (A.Comte-Sponville)

§ Ce n’est pas l’amour que la morale prescrit; c’est d’accomplir par devoir cette même action que l’amour, s’il était là, aurait déjà librement accompli. (A.Comte-Sponville)

§ On ne naît pas vertueux, on le devient, par la politesse, par la morale, par l’amour. (A.Comte-Sponville)

§ Les grands mots créent les mythes et ceux ci effacent la réalité. La morale, elle, sert à affronter la réalité. (R.Debray)

§ Construire ou détruire? Cette décision est entre nos mains. (Dalaï Lama)

§ Quand vous faites une découverte, vous rencontrez trois objections : ce n’est pas vrai, ce n’est pas neuf, ce n’est pas de vous ! (Ch. Nicolle)

§ Le militant, l’homme politique doivent dire la vérité, c’est leur premier devoir. (PMF)

§ Gouverner c’est faire prévaloir sans cesse l’intérêt général contre les intérêts particuliers. (G.Pompidou)

§ Le mensonge du passé est la vérité du moment et il arrive à la vérité du passé d’être un mensonge du présent. (C.Orban)

§ Votre conduite est ce que vous êtes à travers les instants. (Krishnamurti)

§ Nous donnons toujours un sol fertile à nos démons. (de Smedt)

§ L’appétit d’honneurs et de louanges prive l’humanité de tout repos.(Gesshû Sôko)

§ Penser c’est commencer à désobéir. (xxx rapporté par STD)

§ Le saurons-nous jamais qu’il n’y a rien à savoir ? (R.Sabatier)

§ L’étonnement nous enseigne. (idem)

§ Détruire ce qui détruit c’est construire. (idem)

§ Le capitalisme soumet la nature à l’homme et les deux à l’absurde. (idem)

§ La nature est la négation de la propriété durable. (idem)

§ Il n’existe pas de livre moral ou immoral. Les livres sont bien ou mal écrits. (O.Wilde)

§ La différence entre une démocratie et une dictature c’est qu’en démocratie, tu votes avant d’obéir aux ordres. Dans une dictature tu ne perds pas ton temps à voter. (C.Bukowski)

§ Notre idée est qu’il faut faire régner la justice sur le plan de l’économie et garantir la liberté sur le plan politique...

C’est dans cet équilibre constant...(que sont) les conditions nécessaires et suffisantes pour que chaque homme puisse être le seul responsable de son bonheur et de son destin. (A.Camus)

§ La misère est une forteresse sans pont-levis. (idem)

§ Le souci de liberté et d’indépendance ne se conçoit que chez un être qui vit encore d’espoir. (idem)

§ Nous devons opposer au monde du meurtre le dialogue entre les hommes. (idem)

§ Le rôle de la politique est de tenir la maison en ordre, et non de s’occuper de nos affaires intimes. (idem)

§ qu’est-ce qu’une conviction ? c’est une pensée qui s’est arrêtée, qui s’est figée, et l’homme de conviction est un homme borné ; (M.Kundera)

§ le refus de toute philosophie est encore une philosophie et sans doute l’une des plus dangereuses. (G.Gusdorf)

§ la philosophie scientiste est une philosophie qui retarde la science ( en ce sens qu’elle se fonde sur des acquis donc du dépassé). (idem)

§ L’impérialisme de la méthodologie physique et mathématique représente l’une des formes les plus pernicieuses de l’obscurantisme contemporain. (idem)

§ Je pense donc je suis est vide de sens pour la majeure partie de l’humanité. C’est le reflet de la mentalité collective de la corporation des intellectuels occidentaux. (idem)

§ La compréhension est le lien le plus intime entre les hommes et la base de toute activité morale. (Droysen)

§ La compétition est une machine à produire des exclus. (M.Aubry)

§ La peur est paralysante. Elle pousse à maintenir les situations acquises et à refuser les risques de l’innovation. (idem)

§ On ne peut se satisfaire de l’assistance pour se laver les mains de l’exclusion que le fonctionnement de l’économie entraîne. (idem)

§ Une société est bien malade qui préfère ceux qui exclent les hommes à ceux qui leur restituent leurs dignité. (idem)

§ La politique aujourd’hui se contente de réagir alors qu’il faut agir, c’est à dire anticiper et faire. (idem)

§ Ce n’est jamais par la peur et par le repli sur soi qu’on fait face à ses problèmes. (idem)

§ Il y a dans l’usage que nous faisons d’un vocabulaire, une gamme d’exceptions et de règles qui nous tiennent lieu de philosophie et de morale. (D.Sallenave)

§ Si les élections çà changeait vraiment la vie

voilà longtemps que voter ce serait interdit. (Renaud)

§ Si nous ne résolvons pas la question du sens, nous déboucherons immanquablement sur le fondamentalisme. (P.Viveret)

§ Les peuples forts sont les peuples solidaires. (F.Mitterand)

§ L’unanimisme est dangereux. (idem)

§ Trop de parlement menace l’Etat, pas assez de parlement menace la Démocratie. (idem)

§ Gouverner ce n’est pas plaire. (idem)

§ Exercer le pouvoir c’est donner de l’espoir. (idem)

§ Le repli sur soi, c’est la tentation du déclin. (idem)

§ La force naît de l’opposition. (idem)

§ Pas de plus sure prison que l’espoir pour le lendemain. (idem)

§ Le seul moyen d’aboutir : le fait accompli sans lequel rien d’important n’est jamais décidé. (J.Attali)

§ Les gens adorent que l’on fasse appel aux trésors de générosité et d’invention qu’ils ont en eux. (J.Lang)

§ De toutes les manières d’opprimer les hommes, l’oppression légale me paraît la plus odieuse. (Condorcet)

§ Toute machine qui n’a pas de jeu ne tourne pas. (M.Cardinal)

§ La liberté individuelle, chez nous, est fondé sur la clôture. (P.Djian)

§ Dans l’urgence on ne peut pas penser. (P.Bourdieu)

§ Est-ce qu’il n’y a pas des moments dans la vie où ne rien faire, où dire  « est-ce que cela me regarde ? » est un crime ? (V.Van Gogh)

§ Ce que les masses adulent par dessus tout c’est l’image du mal impuni. (M.Houllebecq)

§ Nous avons besoin de la Nature. La Nature n’a pas besoin de nous. (Vénérable Pasadika)

§ La vie avec la pensée cède doucement la place au face-à-face terrible et dérisoire du fanatique et du zombie. (A.Finkielkraut)

§ L’humanité souffrante commence à souffrir de souffrir. ... elle ne tolèrera pas indéfiniment de souffrir encore. (idem)

§ Devant l’écroulement des illusions, nous sommes condamnés à la coopération, à la négociation. (idem)

§ L’injustice ce n’est pas l’inégalité, c’est le non partage. (idem)

§ C’est la marque d’une âme petite et basse de ne voir dans les inférieurs que le profit à en tirer, non le bien à leur faire. (St Bernard de Clairvaux)

§ Chacun est libre et responsable de ses choix quelque soit sa place dans la société. (Y.Guerre)

§ La pauvreté est la pire forme de violence. (Gandhi)

§ Toute accession à une fonction de degré supérieur n’est pas un pas vers la liberté mais un lien supplémentaire. (H.Hesse)

§ Mais qu’est-ce que le devoir ? Combien y a-t-il de devoirs que souvent nous négligeons sans que notre cœur frémisse. (idem)

§ Il y a deux morales, une morale devant les hommes, et une morale entre quatre yeux. (F.Alberoni et W. Schroeder - Devrient / Mémoires d’une chanteuse allemande

§ La tolérance n’est pas une position contemplative...c’est une attitude dynamique qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ce qui veut être. (C.Lévi-Strauss)

§ Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie. (idem)

§ La responsabilité est la sollicitude reconnue comme un devoir...la crainte est une obligation. (H.Jonas)

§ Celui-là seul est l’égal d’un autre, qui le prouve, et celui-là seul est digne de la liberté, qui sait la conquérir. (Ch. Baudelaire)

§ La juste position est celle de la responsabilité et non la soumission à un dogme quel qu’il soit. (M.Melin)

§ Il n’est meilleure liberté que celle dont les privilégiés se réservent l’usage. (C.Guillon & Y.Le Bonniec)

§ N’élève pas ton cœur pour qu’il ne soit pas abaissé. (Ptahhotep)

§ Si tu es fort, inspire le respect par le savoir et par la bienveillance. (idem)

§ ...les gens « de gauche » ont trop souvent une naïveté de croyant des premiers âges du christianisme, persuadés que leurs solutions sont nécessairement bonnes, et rêvant comme tous les croyants d’une sorte d’eden toujours finalement inaccessible, parce que l’homme est imparfait et qu’aucun rêve de perfection n’est à demi réalisé sans entraîner aussi la violence et l’erreur... Je ne dis pa que ces rêveries eschatologiques sont mauvaises parce qu’elles sont « de gauche », je dis qu’elles le sont parce qu’on les transforme en formules creuses. (M.Youcenar)

§ Il est toujours dangereux de détenir en exclusivité une vérité ou un dieu ou une absence de dieu. (idem)

§ La morale est une convention privée ; la décence est affaire publique. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ Derrière chaque humaniste se cache un monstre d’égoïsme. ( C.Beyala / Les arbres... )

§ Les défaillances qui viennent du désir sont plus graves que celles qui viennent de la colère... (car) quand on pêche par désir, on est vaincu par le plaisir, et il y a, dans la faute, plus de dérèglement et de mollesse. (Marc Aurèle)

§ Notre grande erreur est d’essayé d’obtenir de chacun en particulier les vertus qu’il n’a pas et de négliger de cultiver celles qu’il possède. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ C’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ Tout est toujours plus facile que la sagesse. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ Toute loi trop souvent transgressée est mauvaise. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ Les crimes scandaleux et facilement punissables sont peu de chose au prix de milliers de monstruosités banales, journellement perpétrées par des gens de bien au cœur sec que personne ne songe à inquiéter. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ Une partie de nos maux provient de ce que trop d’hommes sont honteusement riches, ou désespérément pauvres... Mais tout est à faire dans l’ordre d’un intelligent réagencement

§ Le temps pour s’instruire par leurs fautes n’est pas plus donné aux empires qu’aux hommes… la nature préfère repartir à même l’argile, à même le chaos, et ce gaspillage est ce qu’on appelle l’ordre des choses. (M.Yourcenar / Hadrien)

§ L’obsession de la honte sociale a remplacé dans nos civilisations celle du péché. (R.Benedict citée par M.Yourcenar)

§ Les hobereaux du domaine des idées demeurent perplexes devant les graffitis des vagabonds de la pensée. (J.Prévert / Imaginaires )

§ Les technocrates de l’avenir seront sans doute les cancres de la vie. (J.Pré vert / Choses et autres / Graffitis )

§ Tous les fondateurs de colonies, ou de quelque cité illusoire de la vertu ou du bonheur, ont toujours, dès la première heure, senti le besoin de réserver une partie du sol encore vierge  à l’emplacement d’un cimetière et une autre partie à la construction d’une prison. ( N.Hawthorne / La lettre écarlate )

§ Le mariage fait des cocus et le patriotisme des imbéciles. ( P.Léautaud / Passe temps / Mots, propos et anecdotes )

§ On ne choisit rien dans la vie : ses parents, son pays, son caractère, sa carrière, ses amis, ses maîtresses , ni sa mort ! Une irresponsabilité générale. ( P.Léautaud / Passe temps / Mots, propos et anecdotes )

§ La guerre crée un état de non-droit, elle régularise la mort, normalise la barbarie,…, ravive les vieux démons, ébranle la morale et l’humanisme. ( J.Hatzfeld / Une saison de machettes )

§ «  Je sens que le remords veille à ne pas alléger ma mémoire. » (idem)

§ « La vie se montre trop vigoureuse contre les regrets et consorts. »  (idem)

§ « En prison tout le monde regrette évidemment. Mais le plus grand nombre des tueurs regrette de ne pas avoir bouclé le boulot. Ils s’accusent de négligence plus que de méchanceté. »  (idem)

§ « C’est trop difficile de nous juger, car ce que nous avons fait dépasse l’imagination humaine. »  (idem)

§ « Un génocide çà se montre bien extraordinaire pour celui qui arrive par après comme vous ; mais pour celui qui s’est fait embrouillé des grands mots des intimidateurs et des cris de joie des collègues, çà se présentait comme une activité habituelle. »  (idem)

§ Il n’y a de vraie sagesse que « sans lendemain », dans un présent sans regret ni espoir et dans la familiarité du néant. ( L.Bove / Camus de l’absurde à l’amour )

§ … s’ouvrir librement à ce vide immense, à cette présence permanente de la mort et, en même temps aussi, à la richesse du monde. ( L.Bove / Camus de l’absurde à l’amour )

§ ... nous abandonnant à l’ivresse d’une liberté illicite, si la liberté existe…  ( V.Woolf / La marque sur le mur )

§ Si jeune et fort tu ne fais ton possible

   Vieux tu ne connaîtras que la tristesse.

( Anonyme chinois IIIè S / Chanson aux Longues Modulations )

§ aucune bonne volonté et aucune justice ne peuvent éviter le mal ni échapper à leur propre corruption. ( cf C.Péguy )

§ La politique : dégradation dans l’organisation et la routine d’une bonne volonté initiale. ( cf C.Péguy )

§ les cadres sociaux et les valeurs morales sont un opium pour l’homme. ( cf H Broch )

§ La faillite de la vertu  (est) due à la fin de l’empire. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ La haine n’est qu’insatisfaction. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Le vice n’est que puissance sans emploi. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ La vertu c’est la perfection dans l’état d’homme et non l’absence de défauts. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Le bon goût est vertu de gardien de musée. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Une civilisation repose sur ce qui est exigé des hommes, non sur ce qui leur est fourni. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ La logique tue la vie. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Seul compte pour l’homme le sens des choses. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Ton passé tout entier n’est que naissance d’aujourd’hui. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Il n’est rien en toi si tu n’a rien reçu. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Ce n’est point être libre que de n’être pas. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ dans le silence seul, la vérité de chacun se noue et prend des racines. ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Où avez-vous vu l’homme éprouver le besoin de courir le monde pour visiter des entrepôts ?    ( Saint Exupéry / Citadelle )

§ Si quelqu’un se voit imposé un destin, alors c’est une femme. ( E. Jelinek / Les Amantes )

§ Pour être libre : n’aimer rien. Ne rien haïr. ( L. Calaferte / Rosa Mystica )

§ Tout de nos désirs est vain, étroit ou pitoyable. ( L. Calaferte / Rosa Mystica )

§ On enveloppe dans le même papier le savon Cadum et les ‘’ lendemains qui chantent ‘’. ( Malraux / Les Conquérants )

§ Il n’est pas une technique psychologique qui ne soit à base de mépris ... du votant. ( Malraux / Les Conquérants )

§ Nous proclamons d’abord valeurs, non pas l’inconscient, mais la conscience ; non pas l’abandon, mais la volonté ; non pas le bourrage de crâne, mais la vérité. ( Malraux / Les Conquérants )

§ Ce qu’un homme a de plus profond est rarement ce par quoi on peut le faire immédiatement agir. ( Malraux / La Condition humaine )

§ Le nombre n’est rien dans une démocratie contre l’appareil dirigeant. ( Malraux / La Condition humaine )

§ L’homme n’a pas envie de gouverner : il a envie de contraindre... d’être plus qu’homme dans un monde d’homme... Non pas puissant :tout-puissant. ( Malraux / La Condition humaine )  

§ ... les révolutionnaires sont ceux qui sont capables d’assumer la brutalité du monde, et de lui répondre avec une brutalité accrue. (M.Houellebecq/ la Possibilité d’une île)

§ La transmutation des valeurs a eu lieu telle une régression. Les objets sont devenus des sujets, et les sujets se vivent comme des objets. ( cité de X par Lionel Dax / Ironie n°59 )

§ Et que savons-nous vraiment de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas ? Les choses qui nous arrangent ; celles qui ne nous conviennent pas. (Y.Khadra/l’Attentat)

§ La morale est la colonne vertébrale des crétins. (Picabia cité par Willem exposition Centre Pompidou)

§ ... pour la plupart des hommes... la morale n’est pas autre chose que la loi... ( Jonathan Littell / Les Bienveillantes )

§ ... l’inhumain ... cela n’existe pas... Il n’y a que de l’humain et encore de l’humain. ( Jonathan Littell / Les Bienveillantes )

§ L’obéissance est le couteau qui égorge la volonté de l’homme. (  saint Joseph de Cupertino )

§ La merde n’est pas toujours contrôlable. ( The L Word 2x03 )

§       Le monde était en sursis d’un suicide

Collectif consenti par confort                        ( W.Lambersy / Coïmbra )

§ Chacun doit rebâtir continuellement son ciel d’espoir et de paix. ( K.Okakura / Livre du Thé )

§ Le monde avance à tâtons dans les ténèbres de l’égocentrisme et de la vulgarité. La connaissance s’achète au prix de la mauvaise conscience, la bienveillance se mesure à l’aune de l’utilité. ( K.Okakura / Livre du Thé )

§       Etant enfant, deviens bien élevé,

                Jeune homme, maître de toi-même

                Au milieu de la vie, juste

                Vieillard, de bon conseil

                A ta mort, sans chagrin.             ( anonyme ? / antiquité  lu in expo trésors d’Afghanistan )

§ Résultat, plus l’homme grandit, et plus il fait une cible inratable pour les pygmées. ( Charles Bukowski / Journal d’un vieux dégueulasse )

§ l’esclavage n’(a) pas été aboli, il s’(est) étendu aux neuf dixièmes de la population. ( Charles Bukowski / Le ragoût du septuagénaire )

§ la communauté tout entière est frappée de non sens, et personne n’y changera quoique ce soit. On perd son temps à vouloir bonifier quelque chose d’aussi stérile. ( Charles Bukowski / Le capitaine est parti déjeuner )

§ la société en son entier s’articule autour de rien, ce qui explique les agissements de chacun de ses membres, leur acharnement à se détruire l’un l’autre. ( Charles Bukowski / Le capitaine est parti déjeuner )

§ la foule ânonne et sue la bêtise. Elle n’est porteuse d’aucun espoir. Elle voit, elle entend, elle parle, elle crie, mais pour quel résultat... sinon le néant ? ( Charles Bukowski / Le capitaine est parti déjeuner )

§ il n’existe pas de solution miracle, action et inaction s’équivalent. ( Charles Bukowski / Le capitaine est parti déjeuner )