Edward Burtynsky ou l’homme aux yeux verts.

 

Verts comme vifs. Verts comme vivants. Verts comme veilleurs. Verts comme écolo…

Ainsi qualifierais-je Edward Burtynsky, photographe canadien, traqueur d’images de l’impact des hommes sur la Nature.

 

Je l’ai découvert dans une revue d’art française avec des photos rapportées de Chine. Toutes montraient le gigantisme et la standardisation à l’œuvre au cœur des cités nouvelles comme dans les usines. Après avoir vu ceci, l’invasion du marché occidental par les produits chinois devenait une simple évidence, un fait inéluctable.

 

Plus récemment, j’ai pu voir certaines de ses photos sur le thème des carrières à ciel ouvert. J’ai été accroché par les vues de Carrare en Italie, haut lieu du marbre blanc, site et matériau chers à l’un des géants de l’art de la Renaissance florentine, Michelangelo Buonarotti. Les excavations présentées étaient gigantesques et montraient des fronts de tailles d’une très grande rigueur rectiligne. Prises du dessus, elles semblaient issues du dessein – ou dessin qui sait ? - d’un maître de l’abstraction. Sur l’une des photos, une sorte de rebus de blocs informes et de ‘’restes’’ industriels. J’imaginais le florentin réclamant contre toute attente l’un de ces blocs déchus comme il l’avait fait cinq siècles plus tôt et lui donner vie en un nouveau David de génie.

D’autres carrières étaient présentées, notamment celles de Barre dans le Vermont et de Makrana au Radjasthan, montrant la transformation catastrophique apportée à l’environnement par un travail d’exploitation des ressources naturelles conduit sans le moindre respect de la Nature.

Curiosité à vif, j’ai cherché sur le Net le site du photographe (1). Et là, j’ai été confronté à des séries de photos envoûtantes, d’une grande beauté formelle jusque et y compris dans la description de décharges où nous humains laissons traîner nos déchets, pneus et vieux métaux, méga-poubelles qualifiées de ‘’Urban Mines’’ par l’artiste, ou bien encore dans celle des chantiers navals ( série ‘’Ships’’ ), des champs pétrolifères ( série ‘’Oil’’ ) ou encore du projet colossal des Trois Gorges en Chine .… Autant de dénonciations de notre incurie.

 

La cinéaste Jennifer Baichwal (2) a suivi Edward Burtynsky dans son déplacement en Chine et en a tiré un documentaire ‘’Manufactured Landscapes’’ (3) qui ne laisse pas indifférent !

 

 

Edward Burtynsky ou comment un homme peut mettre son art – immense – au service de la cause absolument prioritaire de la Protection de l’Environnement.

 

 

(1)               http://www.edwardburtynsky.com/

(2)             http://www.northernstars.ca/directorsal/baichwal_jennifer_bio.html

(3)             http://www.mercuryfilms.ca/burtynsky_intro_06.html

voir aussi http://shangols.canalblog.com/archives/2007/08/25/5993726.html