Leçons du Silence

 

 

"Sans que mes continents ne dérivent’’    

 

Ranger enfin toutes ces choses qui

m’entourent/

        m’encerclent/

                m’étreignent/

                        m’enserrent/

                                m’assourdissent

dans une seule odeur

et partir…

 

… marcher vers l’inconnu, à l’endroit de nulle part

dans le silence limpide de la lumière des stèles

‘’sans que mes continents ne dérivent’’   

 

***

 

Plaintes des graffitis aux murs qui ont mal

 

Eh !

Tête dans l’sac,

j’te parle !

Arrê_teu d’faire semblant d’pioncer

Dis moi c’que t’as r’senti

quand t’es sorti d’ta solitude ?

Une flam' noire,

une boule d'vide

un truc comme ça ?

Ou p’t’êt’e bien

une assemblée d’gueules en for_me d’fugue ?

Réponds merde !

J’veux savoir, êt’e prêt, tu comprends.

Ben oui,

toi t’étais armé pour ça,

rapport à ton âge à s’qu’on dit !

Moi j’suis jeune, j’ai pas d’cv, j’suis paumé, c’est tout.

Même les meufs s’fou_tent d’ma gueule maintenant,

T’sais c’qu’elle m’a dit la dernière ? 

Qu’j’étais : « une épave mélancolique

des choses de la vie

perdue entre les cuisses

d’un absurde hasard

trou de néant cerné de vide

aux pestillentes désinvoltures

de varechs intimes. 

Une merde quoi !»

T’en r’viens pas hein ! M'non plus,

j’en ai pris un vieux coup…

Y’a plus d’paroles

Comment j’ai pu m’en rappeler d’sa tirade ?

Ben, j’y ai fait répéter plusieurs fois

j’sais bien qu’jai les neurones un peu poncé à l’alcool

alors faut c’qui faut, non ? Enfin,

Un vrai toit d’rouille sur la tête j’te dis.

Alors tu m’réponds ?

Qu’j’te répéte la question !

Bon, j’ai compris, tu veux pas m’répondre.

C’est  p’t’êt’e que tu peux pas,

p’t’êt’e pa’ce que t’es pas sorti d’ta solitude…

Bon ben j’te laisse hein

p’t’êt’e qu’un d’ces quat’…

                                  ... aux murs, les graffitis pleuraient

 

paru en 2010 dans Traction Brabant n° 35 

***

  retour accueil rubrique